Trump / Huawei : FedEx porte plainte contre l’administration américaine



La société de transport FedEx a décidé de déposer une plainte à l’encontre du département américain du Commerce. En cause, les mesures imposées par l’administration à la société, lui demandant de filtrer drastiquement tous les colis destinés à l’international et ce, conformément aux mesures restrictives récemment prises par les USA en terme d’exportation. FedEx a réagit via un communiqué sur ce qu’elle estime être un fardeau injuste et impossible à tenir : « FedEx est une simple société de transport et non pas un organisme public chargé de faire respecter la loi ». La compagnie assure que la règle qui lui est imposée est « constitutionnellement insoutenable », mettant en avant le cinquième amendement américain. FedEx s’expose par ailleurs à de lourdes amendes si elle venait à contrevenir à cette demande.

Le transporteur FedEx attaque le département américain du Commerce

le transporteur FedEx dépose plainte contre le département américain du commerce qu'il accuse lui imposer des règles de filtrage de colis intenables

La poursuite entamée par la société envers l’administration américaine intervient juste après la révélation d’une affaire à priori bénigne, mais qui en dit long sur la situation commerciale actuelle et les conséquences des mesures prises par le Président Trump. En effet, un journaliste anglais a révélé qu’un colis envoyé aux Etats-Unis avait été refusé et renvoyé par la société FedEx. La raison : celui-ci contenait un smartphone Huawei, principale marque visée par les sanctions. S’il n’existe aucune restriction en matière de transport de produits Huawei, le flou juridique et la pression mise par les autorités semblent déjà déstabiliser certains acteurs économiques de façon collatérale.

FedEx s’estime lésé par les nouvelles règles à l’export qui lui imposent de filtrer davantage les colis

FedEx se dit lésé par les restrictions à l'export et le contrôle qu'elles demandent et porte plainte contre l'administration américaine du commerce

Wilbur Ross, secrétaire américain au Commerce, conteste pour sa part la position de FedEx et son interprétation de la loi. Il souligne le fait que les sociétés de logistique comme FedEx n’ont pas le droit d’expédier, en connaissance de cause, des produits interdits par la réglementation relative à l’export. « De ce fait, nul ne demande à un transporteur d’endosser le rôle de policier ou de vérifier le contenu de chaque colis » ajoute-il au média Fox. FedEx, qui semble avoir pris acte de cet éclaircissement, affirme de ce fait que « conformément à la réglementation en vigueur, les employés de la société seront susceptibles de commettre des erreurs qui les dispenseront cependant d’ennuis judiciaires ».

« Les employés de FedEx seront susceptibles de commettre des erreurs en évitant des poursuites juridiques ».

L'administration du commerce a cependant fait savoir à FedEx qu'il ne lui était pas demandé de contrôler tous les colis

L’entreprise de transport n’en est pas à ses débuts en terme de relation conflictuelle avec les règles d’exportation. La société a récemment été condamnée à 500 000 dollars d’amende pour avoir expédié des colis à un destinataire inscrit sur liste noire. De son coté, le gouvernement de Pékin a déclaré vouloir lancer une enquête sur la société américaine, l’accusant d’une mauvaise gestion des envois effectués par Huawei. L’entreprise de transport est donc une des premières victimes collatérales de la guerre commerciale entamée par Donald Trump envers l’empire du milieu. Dureté et manque de clarté semblent mettre les acteurs logistiques dans une situation délicate, l’obligeant à jongler entre respect des lois et efficacité.

FedEx ne sait visiblement plus comment gérer la guerre Trump / Huawei

FedEx a récemment renvoyé un colis vers l'Angleterre parce qu'il contenait un smartphone de la marque chinoise Huawei, nouvel ennemi du gouvernement Trump

The post Trump / Huawei : FedEx porte plainte contre l’administration américaine appeared first on Archzine- e-zine d`architecture, design d ‘intérieur.

©