À la croisée du design et de la sculpture, Yasmin Bawa imagine et crée des objets fonctionnels aux fortes qualités plastiques. Pots à plantes, serre-livres, vases, tables d’appoint… Ses pièces, ouvrages minimalistes aux lignes débridées, entièrement réalisées à la main, sont le fruit d’une véritable réflexion sur les formes, les matières, les textures et plus récemment les couleurs. Celle qui a tout d’abord débuté sa carrière dans la mode aborde le design comme une opportunité de tracer la voie d’un avenir plus sain, plus durable. Et pour cela, elle a sa technique. Inspirée par le chanvre, en plein développement dans le monde de la construction écologique, elle s’est appropriée la matière pour l’adapter à l’échelle de l’objet et du mobilier. “J’ai toujours été fascinée par le béton, confie la créatrice, mais peu de temps après avoir commencé à le travailler, je ne me sentais pas à l’aise avec sa toxicité et son impact sur l’environnement. Un jour, j’ai découvert une maison en béton de chanvre et je me suis immédiatement sentie connectée à ce matériau, emballée par ses propriétés incroyables. Il séquestre le carbone, il est non toxique, respirant, durable, écologique. De plus, il n’est pas nécessaire de le cuire dans un four, ce qui réduit encore l’énergie intrinsèque de chaque pièce.”

 

Le chanvre des possibles
Yasmin Bawa a donc pris le parti d’explorer le potentiel à petite échelle de ce matériau, peu utilisé en dehors de la construction. Sa mixture, un mélange de chanvre, d’argile et de chaux, offre une texture souple pouvant être moulée à la main. Dans son studio de Berlin, chaos organisé de sculptures tout en formes, elle travaille de manière
intuitive, directement à l’échelle 1:1, la plupart du temps sans dessin. La conception de ses pièces se déroule alors même qu’elle les réalise. “En raison du temps de séchage assez long entre les différentes étapes, je passe beaucoup de temps avec chaque pièce, explique Yasmin, à les tourner dans tous les sens, cherchant ce qu’il va être possible de faire, à réfléchir aux prochaines étapes…”
Son processus de création commence par la réalisation de son mélange, auquel elle donne ensuite forme en une structure simple. La pièce est laissée à l’air libre pour le séchage pendant une semaine, puis enduite de plusieurs couches d’argile et de chaux. Entre chaque couche, les créations sont poncées et polies à la main jusqu’à leur finition finale. “Il faut environ quatre semaines pour produire une pièce, confie Yasmin. Au cours de cette période, il faut compter au moins 20 heures de travail et de finition à la main.”

 



Design expérimental
Son esthétique est une combinaison de formes abstraites géométriques et organiques, objets hybrides du quotidien, hautement décoratifs. Les choix des matériaux et des procédés de fabrication jouent un grand rôle dans la définition du style et du travail de Yasmin Bawa. “Jusqu’à présent, j’ai toujours construit des formes à la main avec un processus basé sur l’ajout de matière. Mais je vais bientôt, pour la première fois, essayer de sculpter des formes directement à partir d’un bloc de matière, ce qui devrait donner un aspect complètement différent aux pièces. Au fur et à mesure que je recherche et que je développe de nouveaux matériaux et nouvelles techniques, mon esthétique évolue.” Depuis peu, et en prolongement évident, la créative explore le travail des teintes dans ses créations. “La couleur, les matériaux et la forme sont les éléments essentiels qui créent le monde qui nous entoure. J’aborde toutes ces questions délicates et, dans mon travail, elles sont complètement liées et dépendantes les unes des autres. Travailler avec des matériaux naturels a été une incroyable source d’inspiration et mes recherches se sont concentrées sur les moyens de repousser les limites dans tous ces domaines. Au début, je n’utilisais que les couleurs provenant de la combinaison des différentes proportions de chaux et d’argile, mais, avec la dernière série, j’ai commencé à utiliser des pigments naturels, ce qui était très excitant. Vous pouvez raconter une histoire complètement différente en utilisant des combinaisons de couleurs.” Ainsi, dans ses dernières œuvres, elle travaille, par exemple, à incorporer des algues, sous différentes formes, en recherchant comment elles peuvent être utilisées, tant pour façonner la forme des pièces que pour les colorer ou travailler leurs finitions. “Dans ma démarche, je cherche à remettre en question les perceptions des matériaux de tous les jours. Il n’y a rien de complètement fou dans les matières que j’utilise, c’est la manière dont je les travaille, dont je joue avec, et dont j’étends leurs propriétés et m’amuse à les combiner qui fait la différence.” Bientôt, Yasmin Bawa va s’envoler pour une résidence de quelques mois au Japon. “Je suis impatiente de voir où cette expérience me mènera et je commencerai un nouveau corpus à mon retour au studio.” À suivre, donc.

_
Texte : Laurine Abrieu – Photos : Jules Villbrandt

©









Volotea WW


Loading...
Rosegal WW