A mi-chemin entre une maison d’hôtes et une maison de vacances, Parco dei Sesi est également une résidence d’artistes.

_

Texte : Laura Taccari – Traduit de l’italien par Lucia Ciccioli – Photos : DePasquale+Maffini

 

Lorsque Margot Guelfi part en vacances à Pantelleria il y a cinq ans, elle ne peut pas imaginer que l’île deviendrait un jour sa propre maison. C’est sa rencontre avec Massimiliano Panseca – qui l’incite à revenir à peine rentrée à Paris -, ainsi que ses racines siciliennes qui ont motivé sa décision. «Je n’ai même pas déballé ma valise», raconte Margot. «Dès que je suis entrée dans mon appartement, je me suis demandée ce que j’y faisais et je suis retournée à l’aéroport. Nous sommes ensemble depuis.» 

L’idée de créer Parco dei Sesi naît il y a trois ans. À l’époque, elle travaille comme agent de modélisation et il est fondateur de start-up, mais ils rêvent tous les deux d’une existence plus simple, moins consumériste et en contact avec la terre. Ils ressentent le besoin d’un changement et ils décident donc de créer une maison d’hôtes «expérimentale» dans la maison familiale de Massimiliano à Punta Fram, face à la côte tunisienne, qui par temps clair peut être vue à l’horizon.

La propriété est située à côté du parc archéologique de Sesi et du village où vivait le peuple Sesioti il ​​y a 5 000 ans. On sait peu de choses de cette population, mais on reconnaît certaines de ses caractéristiques dans la propriété elle-même, comme le labyrinthe de murs en ruine qui serpente le jardin.

 

Le Dammuso Grande est le bâtiment le plus ancien. Les autres maisons ont été construites dans les années 1970 par le père de Massimiliano, l’artiste Filippo Panseca, inventeur de l’infographie et de l’art biodégradable, qui vit et travaille désormais dans l’atelier en face de la maison, avec vue sur la mer. Un espace consacré à l’art, qui fait partie du projet lui-même, conçu pour accueillir des expositions et des rassemblements.

L’art est un élément clé du Parco dei Sesi. Depuis le début, le couple consacre de l’énergie et de l’espace à organiser des événements avec des artistes étrangers, issus de différents mouvements créatifs. À cette idée est ensuite venue s’ajouter celle de collaborer avec des chefs afin d’offrir aux clients des expériences gourmandes uniques.

La rénovation dure trois ans et le couple supervise les travaux en personne. La palette de couleurs privilégie les teintes naturelles, avec des nuances de blanc et des nuances de beige. Les quelques meubles sont le résultat d’un long repérage dans les nombreux marchés aux puces que Margot et Massimiliano aiment régulièrement visiter en Italie et en France. 

 

En résulte une réadaptation du projet initial de Filippo Panseca : quelques dammusi à l’allure informelle, nichés sur les roches volcaniques, au milieu du maquis et dans lesquels les éléments décoratifs font parfaitement écho au caractère sauvage de l’île. «Ce fut un long processus, non sans défis. Ici, si vous voulez quelque chose, vous devez vous battre pour l’obtenir», poursuit Margot. «Mais c’est aussi une terre très généreuse et fertile. Les gens sont vraiment accueillants. Les agriculteurs locaux nous ont appris à cultiver notre propre potager. Grâce à leurs conseils, nous en prenons aujourd’hui soin nous-mêmes, selon les principes de l’agriculture biologique. Nous cultivons des courgettes, des tomates, des melons, des aubergines, des pastèques et produisons notre propre huile d’olive extra vierge.» 

Quant au jardin qui entoure chaque recoin de la maison, il a été aménagé dans le respect de la tradition. Si l’on est dans une station balnéaire, on se sent pourtant comme dans une oasis méditerranéenne aux surfaces texturées. Le Parco dei Sesi est à l’image de cette île : intense, métissée, volcanique. C’est l’un de ces endroits où l’on se promet de revenir.

_

parcodeisesi.com

Les adresses de Margot et Massimiliano à Pantelleria

Soleone 

Ines est une experte des plantes aromatiques et médicinales. Dans son laboratoire, à Buccaran, elle expérimente des remèdes médicinaux et organise des retraites comprenant des conférences et des séances de cueillette sur l’île.

soleonepantelleria.com

Abbazia San Giorgio

Une entreprise vinicole produisant des vins naturels, alliant approches de l’agriculture biologique et techniques de la biodynamie. Les dégustations de vins que Battista Belvisi et sa femme Pina organisent sur leur domaine sont une expérience inoubliable.

abbaziasangiorgio.net

Forno Mangiaforte

Une boulangerie proposant tous les jours du pain aux céréales anciennes, de la cassatelle à la crème et à la ricotta et des raviolis farcis à la menthe et à la ricotta, un plat typique de l’île.

Via Silvio Pellico 1, Pantelleria

U’Truscio

Le meilleur restaurant de l’île est U’Truscio, un foodtruck basé à Punta Spadillo : vous pouvez choisir parmi les poissons frais qui seront cuisinés puis servis aux tables placées juste à côté de leur camion. 

@utruscio_

La Nicchia

L’endroit où acheter des câpres salées, des pâtes à tartiner et différentes sortes de pesto.

lanicchia.com

©











Loading...