C’était l’un des coups de cœur de la rédaction lors de la dernière édition du salon Maison & Objet, en septembre dernier… Sur un stand aux couleurs chaudes, Ferm Living présentait une nouvelle collection en rupture avec l’esprit nordique qui lui a valu une reconnaissance mondiale et une croissance exponentielle depuis plus de dix ans. Exit les imprimés graphiques et les camaïeux pastel, place aux unis profonds, aux matériaux nobles et aux inspirations érudites. L’aboutissement d’un virage négocié depuis plusieurs saisons par cet éditeur, dont le succès est intimement lié à une capacité inouïe à flairer l’air du temps et à le retranscrire dans ses collections.

 

Success story

Fondé en 2006 par Trine Andersen, Ferm Living remporte un vif succès dès ses débuts et incarne rapidement une tendance qui va s’installer (trop ?) durablement en matière de décoration intérieure : le style scandinave. D’une marque de papier peint dont certains modèles sont désormais cultes, à l’instar des motifs à losanges colorés “Remix” et “Harlequin”, les collections s’étoffent rapidement avec des textiles et des accessoires pour toute la maison, puis des pièces de mobilier et des luminaires. La collection kids est, quant à elle, lancée en 2008. Épuré, coloré et graphique, le style Ferm Living est aisément identifiable et s’intègre facilement dans tous les styles d’intérieur. Le soin porté à l’image et à la mise en scène de ses catalogues, dont les photos ont fait les belles heures de Pinterest, n’est pas non plus étranger à son succès.

 

Férue d’artisanat, Trine Andersen ose des collaborations avec des créateurs de niche, à une époque où le genre n’était pas aussi courant qu’aujourd’hui. L’occasion pour cette femme de conviction de populariser des approches encore méconnues du grand public, comme les tissages de l’artiste américaine Alyson Fox, ou encore les tableaux en tricot de la Danoise Stine Leth. Par ailleurs, si de nombreuses pièces sont dessinées par la fondatrice de la marque ou le bureau de style interne, Ferm Living ne se refuse pas des incursions du côté du monde du design, notamment avec le miroir “Enter”, signé Søren Rose, ou encore la chaise “Herman”, imaginée par le studio du même nom et proposée aujourd’hui dans de nombreuses finitions.

 

Arty show

Sous l’impulsion de Ferm Living, le phénomène de la décoration scandinave, exploité à outrance et copié par les grandes chaînes de décoration jusqu’à l’écœurement, a su se réinventer ces dernières années… Une évolution subtile vers des collections plus pointues et intemporelles, mais qui conservent l’ADN fondateur de l’éditeur danois : la quête d’une vie authentique, façonnée au gré d’un intérieur nourri de contrastes entre “chaos et calme, moments de réflexion et instants de joie”. Le showroom The Home, inauguré l’année passée, a permis de poser un premier jalon fondateur. Entièrement rénové, et installé dans un appartement de Copenhague et conçu comme l’intérieur idéal, il permet à la marque d’incarner et de donner vie à ses collections qui y sont mises en scène et photographiées…
Cette nouvelle identité semble avoir pris toute sa mesure cette saison avec une collection particulièrement réussie, déclinée dans une palette de couleurs chaleureuses, des matériaux riches et des lignes sculpturales. Morceaux choisis : les vases en grès de la série “Muses”, une ode à la diversité et à la puissance de la féminité avec des pièces aux courbes voluptueuses, les coupes en marbre “Alza” dont les lignes évoquent irrésistiblement le mouvement Memphis ou encore “Arch”, “Colum” et “Sphère”, une collection de porte-cartes en laiton noir d’inspiration à fois brutaliste et néo-antique. À suivre…


Texte : Céline de Almeida
Pour plus de renseignements, rendez-vous sur fermliving.com

©



Volotea WW


Related Post:


Aliexpress WW
Banggood WW