Si l’on connaît Armel Soyer pour sa galerie située rue Chapon à Paris, une poignée d’initiés a déjà eu la chance de visiter son écrin en pleine nature, non loin de Megève. Un projet d’envergure dont la genèse remonte à quelques années, lorsque Armel et son mari, l’artiste et photographe Gilles Pernet, ont un coup de foudre pour une ancienne ferme laissée à l’abandon. Ils décident immédiatement de l’acquérir et rénovent ses 400 m2 de fond en comble. Armel en profite pour aménager un showroom-galerie à l’étage, où elle prend le temps de présenter sa sélection pointue à ses clients, sur rendez-vous.

 

Le couple prend rapidement goût à ce mode de vie, à tel point que leur projet de résidence secondaire se transforme en un changement de vie radical. Adieu Paris (ou presque), ils emménagent dans les Alpes avec leurs deux enfants, même si Armel effectue régulièrement des allers-retours dans la capitale. “C’est un lieu vraiment unique, il n’en existe pas de semblable dans les Alpes, aussi bien du côté français qu’italien, explique-t-elle. J’y mets en scène tout le design contemporain en jouant sur le contraste entre l’enveloppe de la ferme, que l’on n’a quasiment pas modifiée, et ce que l’on peut trouver à l’intérieur.”
Armel s’est récemment lancée dans un nouveau projet, au même endroit. Elle, qui avait acquis un petit chalet situé sur sa propriété dans l’optique de s’assurer un îlot de tranquillité, se décide à le transformer en “une guest house pour collectionneurs”, un pied-à-terre pour ses clients de passage, accessible sur rendez-vous. Lorsque nous arrivons pour le visiter, la touche finale des travaux et les derniers ajustements de ce chalet bâti dans les années 1950 viennent tout juste d’être effectués.



 

À l’intérieur, une atmosphère résolument contemporaine se dévoile, portée par des matériaux naturels, à commencer par le bois omniprésent – mention spéciale pour les murs et certains plafonds recouverts de planches teintes à la main par le mari d’Armel, qui souhaitait leur conférer une texture et une patine uniques. “Lorsque l’on vit au plus proche de la nature, on réalise à quel point il est important de s’entourer de matériaux bruts, pour se rendre compte de sa grandeur”, confie Armel.
L’espace lumineux, bardé de fenêtres et qui se déploie sur trois niveaux, a été conçu comme une scénographie par Armel. Pour apporter une touche chaleureuse et habitée au chalet, la galeriste a initié des partenariats avec la marque de peaux décoratives Norki, ainsi qu’avec les éditeurs de tissu Dedar et Bisson Bruneel. Mais le lieu se fait avant tout l’écrin de pièces de design d’exception savamment sélectionnées par la galeriste. “Il était essentiel pour moi de mettre en avant des créations réalisées à partir de matières organiques : j’aime particulièrement le travail de l’artiste irlandais Joe Hogan, qui réalise d’incroyables paniers tressés, ou celui de Christopher Boots, qui travaille des pierres naturelles”, explique-t-elle. “Cette sélection fait écho à celle de ma galerie parisienne, car je considère qu’une bonne pièce doit pouvoir avoir sa place partout.” Une invitation à vivre le design pleinement.

_
Reportage : Isis-Colombe Combréas – Texte Margaux Antonini – Photos : Vincent Leroux

 

©







You may also like


AnywayAnyday RU UA DE US


Loading...
Romwe DE, US
TVC-mall WW