C’est dans le 10ème arrondissement de Paris que Patrizio Miceli a déniché un espace de 350m2 quelques mois avant le confinement. Ce sont dans ces bureaux d’un nouveau genre que le fondateur a installé son agence créative Al Dente. Pensée en collaboration avec l’architecte Hadrien Breitenbach, cette adresse surprend avec notamment un jardin d’hiver, une piscine intérieure cachée, une salon-salle à manger, deux studios… Rencontre avec Patrizio Miceli pour en apprendre davantage ces locaux peu ordinaires.

Quelles étaient vos envies quand vous avez récupéré les clefs de cet espace ? 

Nous avons récupéré les clés en Décembre 2019 avec l’ambition de créer une maison contemporaine d’inspiration romaine autour du plaisir, de la fantaisie, pour inspirer les équipes d’Al Dente, et un atelier de création d’images, chaleureux pour nos clients et partenaires. Cet espace de 350m2 appartenait à un particulier avant que nous ne le repensions et ne l’investissions. Ce qui m’a immédiatement séduit lors de ma première visite sont ces volumes exceptionnels dans le centre de Paris. Avec Hadrien Breitenbach, l’architecte qui a collaboré au projet, nous avons ensuite imaginé comment séquencer chaque espace et proposer une vision romaine à Paris avec une écriture particulière et sincère.

Pourquoi avoir choisi de créer un lieu de vie plutôt qu’un bureau traditionnel ?

J’ai le fantasme de vivre en autosuffisance culturelle et gustative. Nous voulions créer un lieu pensé autour de la cuisine, du salon, de la salle à manger, la piscine… Un espace aux influences plurielles qui créent des dialogues entre les volumes, les objets ou encore les couleurs. On y propose une certaine vision de l’art de vivre Al Dente, enrichi par ceux qui l’habitent ou y sont invités.

Vos activités professionnelles ont-elles joué un rôle dans l’élaboration de ces bureaux atypiques ?

Du côté de notre activité d’agence créative, nous avions le besoin d’étendre les capacités de nos studios mais aussi de pouvoir accueillir un nombre croissant de collaborateurs. Il nous fallait alors trouver un endroit nous permettant de proposer une boîte noire totalement fermée pour les besoins de nature morte et un plateau ultra agile pour pouvoir organiser des shootings de mode avec des mannequins. La seconde était véritablement de pouvoir proposer un lieu convivial, où nous pouvons recevoir les amis de la maison, le tout dans un joyeux mélange des époques, des styles où l’on ose le mix des couleurs et des formes. Ni trop crû, ni trop cuit, un fragile équilibre. Al Dente donc.

Quels sont les différents espaces ?

Nous avons conçu ce lieu comme un plan séquence de film. A chaque pas, il révèle une nouvelle facette. Lorsque le visiteur y entre, il est directement plongé dans un patio sous verrière, accueilli par un salon connectant la cuisine en marbre vert des Alpes et une salle à manger de style 60 / 70s dans laquelle trône une table sur mesure en quartzite verte de Laponie, le tout encadré d’arches en plein cintre épurées. Au second plan, on y découvre un plateau aux fonctions multiples, à la fois studio daylight de shooting, espace de travail pour les équipes créatives, salon, et une piscine intérieure d’eau salée exceptionnelle astucieusement cachée sous le plancher, effet « James Bond » garanti.  L’étage aux lignes parisiennes se pare avec des murs d’un rose vénitien et s’organise autour d’un jardin d’hiver dont le sol entièrement vitré créé un dialogue avec le rez-de-chaussée et plus particulièrement la piscine. Un second studio conçu comme une boîte noire sert à créer des natures mortes pour les directeurs artistiques de l’agence. La dernière pièce, mon bureau, est une alcôve avec une perspective / un enchaînement de trois arches étendues à l’infinie par un miroir et d’une banquette en cannage en tissus de la Maison Thevenon

_

Photos : Roberta Valerio.

www.aldenteparis.com

©











Loading...